Consommation, pouvoir d’achat et crise économique

Comparez Nos Offres De Credit
Gratuit Et Sans Engagement
  • credit projet

    Votre projet :

  • credit montant

    Montant du projet :

  • credit mensualité

    Durée du prêt :

    mois

Depuis le 1er trimestre 2012 le pouvoir d’achat des français est en baisse constante, et selon des statistiques publiées récemment par L’Insee cette tendance risque de se poursuivre en 2014. Un phénomène dû à un contexte économique compliqué. On l’explique principalement par un taux de chômage élevé et une hausse régulière des impôts. Mais alors comment les ménages français adaptent leurs comportements de consommation en cette période économique défavorable?

Une consommation qui stagne

La consommation ne repart pas encore en France. Victime d’un climat économique en proie au doute et à l’incertitude, cette dernière ne peut se relancer la faute à des ménages frileux ou tout simplement en situation de précarité avancée. D’ailleurs un des indicateurs les plus révélateurs de la faiblesse de la consommation concerne le recours au crédit. Le crédit à la consommation est en recul depuis le début du 2ème semestre 2011. Les ménages ne consomment pas et ils ont encore moins envie de s’endetter pour pouvoir le faire. Ils ne désirent pas non plus puiser dans leur épargne ne bénéficiant pas de garanties suffisantes pour l’avenir.

Plusieurs éléments illustrent parfaitement les difficultés que rencontrent les ménages pour consommer. En général l’achat de biens constitue la moitié des dépenses de consommation des ménages mais cette proportion tend à baisser significativement. Une part du budget des ménages désormais engloutie par les dépenses de première nécessité que sont l’alimentation, le logement et le transport. De plus pour plusieurs français l’expression « fin de mois difficile » ne correspondrait plus trop à la réalité, dorénavant certains parlent même de « 2nd moitié de mois difficile ».

Les ménages explorent de nouvelles solutions

Les ménages français régulent leur consommation en fonction de l’état de santé de l’économie du pays. Ainsi en ces temps de disette économique ils réduisent leur consommation au maximum pour éliminer les dépenses secondaires. De nombreuses activités rencontrent alors d’énormes difficultés depuis quelques années, il s’agit tout particulièrement de la bijouterie, la restauration et les parcs d’attraction. Des dépenses de loisir que ne peuvent plus se permettre la majeure partie de la population française.

Les français se tournent alors vers le low cost pour accéder à la consommation. Un principe déjà encrer dans les moeurs dans le secteur de l’alimentaire mais qui se propage au transport, l’automobile, la banque, l’assurance et de plus en plus de secteurs de notre économie. Les ménages surveillent de très près le moindre achat désormais. Réparation, location, achat d’occasion, tout les moyens sont bons pour faire des économies. Autant de biais qui donnaient une image de consommation « cheap » auparavant qui constituent maintenant des habitudes de consommation salvatrices pour des ménages au pouvoir d’achat plus que jamais amoindri.