Crédit à la consommation: tour d’horizon, au Brésil consommation rime avec crédit

Comparez Nos Offres De Credit
Gratuit Et Sans Engagement
  • credit projet

    Votre projet :

  • credit montant

    Montant du projet :

  • credit mensualité

    Durée du prêt :

    mois

Nous vous proposons de continuer notre tour d’horizon des us et coutumes en matière de crédit à la consommation dans le monde. 

Le Brésil, pays émergent à l’appétit grandissant

S’il y a bien un pays aujourd’hui qui suscite l’intérêt du monde entier c’est le Brésil, non seulement pour l’exposition médiatique qu’apporte la Coupe du Monde mais aussi et surtout car ce pays vit actuellement une période de transition. De pays émergent, le Brésil aspire à devenir un pays développé. La croissance économique a permis un enrichissement de la population donnant accès à des biens de consommation. Il y a quelques années seul les plus riches pouvaient prétendre à acquérir des télévisions, des téléphones portables, des ordinateurs, etc. Ce rapide accès aux biens de consommation a été accentué par le généralisation du crédit dont les brésiliens sont très friands. Tout, ou presque, au Brésil est fait pour faciliter l’accès au crédit: les banques proposent d’avoir plusieurs cartes de crédits (il est commun de rencontrer des brésiliens ayant 4,5 voir 7 cartes de crédit dans leur portefeuille), les magasins eux n’hésitent pas à proposer des formules de paiement en « 10 fois sans frais ».

Des pratiques bien différentes de celles que nous connaissons

Si en France nous avons aussi particulièrement recours au crédit à la consommation, les pratiques divergent. Dans l’Hexagone, les emprunts portent en grande majorité sur des achats importants ou d’investissement tel que l’immobilier ou l’achat de voitures. Au Brésil, à l’inverse le crédit à la consommation sert pour tout type d’achats. Il suffit de s’intéresser aux taux d’endettement de la population pour se rendre compte de l’importance du crédit: le taux d’endettement des brésiliens est de 64% du revenu annuel ! Un chiffre affolant lorsqu’on sait que le revenu moyen au brésil est de 1200 Réaux (500 euros) alors que le prix des biens technologiques (téléphone, etc..) est sensiblement le même que dans les pays développés. A titre de comparaison, en France, le taux d’endettement est limité par la loi à 33% des revenus.

Le risque du recours au « tout-crédit »

Pour limiter les risques liés à l’endettement des ménages brésiliens, le gouvernement a mis en place des formations gratuites appelées Écoles d’Education Financière qui s’adressent aussi bien aux salariés qu’aux retraités et aux étudiants. Elles visent à sensibiliser la population sur les risques liés à la multiplication des crédits à la consommation. L’objectif est de leur faire comprendre qu’en achetant de manière impulsive ils peuvent se mettre en danger financièrement. En plus d’acheter beaucoup à crédit les brésiliens sont abusés par les organismes financiers puisque le taux d’intérêt moyen des emprunts est de 44% !
L’avenir du crédit à la consommation au Brésil serait donc plutôt à la régulation car le gouvernement cherche à faire des efforts pour éviter la banqueroute des ménages, cas de plus en plus recensé au Brésil . Un tel usage du crédit à la consommation peut faire penser à la situation des Etats-Unis dont nous avions déjà parlé et qui avait été marqué par une crise mondiale. Espérons donc qu’avec la prise d’ampleur du Brésil sur la scène internationale une telle situation ne se reproduise pas.

Raphaël Lazaroo