France : placements des OPC au 1er trimestre 2015

Comparez Nos Offres De Credit
Gratuit Et Sans Engagement
  • credit projet

    Votre projet :

  • credit montant

    Montant du projet :

  • credit mensualité

    Durée du prêt :

    mois

Après le bilan sur les évolutions monétaires en Avril 2015  communiqué par la Banque de France, aujourd’hui nous vous communiquons un nouveau rapport concernant les acquisitions de titres de créance à long terme par les OPC monétaires

Si on commence par aborder le cas des OPC non monétaires avec un encours de titres émis de l’ordre de 1099,8 milliards d’euros, on peut constater que le flux net des placements du 1er trimestre 2015 (+5,5 milliards, après -4,2 milliards de souscriptions nettes au dernier trimestre de 2014) recouvre de nouveau des acquisitions de titres de créances long terme (+7,0 milliards). Les avoirs en titres d’OPC ont aussi été renforcés (+2,7 milliards) alors que les actions font l’objet de cessions (-3,9 milliards). Sur un an, la collecte nette positive (+10,9 milliards) bénéficie de la même façon principalement aux titres de créance à long terme (+16,0 milliards) au détriment des avoirs en actions (-11,8 milliards).

Concernant les OPC monétaires avec un encours de titres émis à hauteur de 278,3 milliards d’euros, données consolidées (l’encours consolidé des titres d’OPC monétaires exclut la détention de titres des OPC monétaires résidents), on dénote que le flux net positif du premier trimestre 2015 (+15,3 milliards, après -10,7 milliards au dernier trimestre 2014) a été investi principalement dans des titres de créance à court terme (+16,2 milliards) et à long terme (+7,4 milliards). En cumul sur 12 mois, compte tenu d’une décollecte nette (- 10,4 milliards), les OPC non monétaires ont réduit leurs avoirs en titres de créances à court terme (-14,2 milliards) au profit de placements en titres de créance à long terme (+6,0 milliards).



Placement des OPC par type d'instrument, flux et encours

Il est intéressant de s’attarder sur les secteurs émetteurs pour comprendre d’où proviennent les encours des placements. Au 1er trimestre 2015, les acquisitions nettes de titres de créance à long terme (+7,0 milliards) des OPC non monétaires portent essentiellement sur des titres non-résidents (+7,6 milliards), notamment hors zone euro (+4,9 milliards). Les cessions de créance à court terme (-1,2 milliard) concernent surtout des titres émis par les administrations publiques de la zone euro hors France (-1,6 milliard). Les désinvestissements nets en actions (-3,9 milliards) résultent principalement de cessions de titres de capital de sociétés non financières résidentes (-2,1 milliards) et hors zone euro (-3,8 milliards) d’une part, d’acquisitions d’actions de la zone euro hors France (+2,2 milliards) d’autre part.

Les achats nets de titres court terme des OPC monétaires (+16,2 milliards) concernent pour plus de la moitié des titres résidents (+8,9 milliards), émis par des institutions financières monétaires (+4,5 milliards) et des sociétés non financières (+4,4 milliards). Parallèlement, les OPC monétaires procèdent à des acquisitions nettes de titres de créances à long terme (+7,4 milliards), essentiellement auprès de non-résidents (+6,8 milliards, dont + 4,8 milliards de titres hors zone euro).


Encours des placements par secteur émetteur sous forme de diagramme en cercle avec OPC monétaires à gauche et OPC non monétaires à droite


Selon la Banque de France (BdF)
Photo CC @Banque de France /BdF