Tour d’horizon: en Inde, le micro-crédit à l’heure de la remise en question

Comparez Nos Offres De Credit
Gratuit Et Sans Engagement
  • credit projet

    Votre projet :

  • credit montant

    Montant du projet :

  • credit mensualité

    Durée du prêt :

    mois

Nous vous proposons de continuer notre tour d’horizon des us et coutumes en matière de crédit à la consommation dans le monde. 

L’Inde, géant mondial en devenir

Fort de son milliard d’habitants (en réalité 1,2 milliard), l’Inde a un réel impact en termes économiques sur la scène internationale, le pays pointe aujourd’hui la 11e place dans le classement des pays en terme de PIB. Cependant, au niveau de la consommation le pays est très en retard sur ses prédécesseurs. Les classes sociales sont très marquées et ont tendance dans certains cas à ralentir la progression du pays.

La mise en place du micro-crédit, révolution dans le quotidien des indiens

Il y a 30 ans, la mise en place du micro-crédit a permis de bouleverser les modes de consommation en proposant des solutions d’emprunts à une partie de la population jusqu’alors boudée par les organismes financiers. Le concept du micro-crédit est relativement simple: il consiste à prêter de petites sommes d’argent à des ménages, entrepreneurs ou artisans pour leur permettre de financer leurs projets.
En Inde, le concept a connu un rapide succès, bien que les taux soit relativement élevés (ils oscillent entre 20% et 40%). Les plus pauvres empruntent pour trouver un échappatoire à la misère souvent en voulant monter leur petite entreprise par exemple grâce à l’achat d’une moto pour devenir livreur ou dans le meilleur des cas une voiture pour être chauffeur de taxi. Les entreprises de microfinançement entretiennent une relation étroite avec les communautés, en effet si les clients ne sont pas accompagnés le risque que l’emprunt se solde par un échec augmente considérablement.

Des dérives liées au micro-crédit

Malheureusement plusieurs années après sa mise en place le bilan du micro crédit en Inde n’est pas forcément positif et laisse planer le doute sur son bienfait global pour la population. Comme nous le disions plus tôt le micro-crédit a fonctionné pour des personnes n’ayant pas accès aux crédits proposés par les banques, ce type d’emprunt s’est détourné de son objectif initial. Il est dans de nombreux cas devenus un crédit à la consommation, alors qu’il avait pour but de donner un nouveau souffle à la productivité du pays. La plupart des institutions de microfinancement se sont elles aussi détournées de leur principal vocation en cherchant à toujours plus accroître leur profit délaissant l’aspect solidaritaire du micro-crédit.
Un second problème s’est rapidement posé lorsque les indiens sont devenus insolvables. Bon nombre de crédits étaient octroyés à des personnes très pauvres qui n’ont pas hésité à contracter d’autres crédits pour pouvoir payer leurs intérêts, s’en suit alors un cercle vicieux infernal dont bon nombre de personnes ne s’en sont pas sortis. A partir de 2011, de nombreux villages ont connus des épisodes macabres quand des pères ou mères de familles mettaient fin à leur jour n’arrivant plus à rembourser leur dettes.

Encore aujourd’hui la question de la légitimité du micro-crédit se pose mais l’état Indien semble déterminé à réguler ce marché pour éviter toutes dérives et en particulier la formation de bulles spéculatives qui, en cas d’explosion pourraient être dévastatrices pour l’économie indienne.

Raphaël Lazaroo