L’Armée française : Pas de patriotisme économique

Comparez Nos Offres De Credit
Gratuit Et Sans Engagement
  • credit projet

    Votre projet :

  • credit montant

    Montant du projet :

  • credit mensualité

    Durée du prêt :

    mois

Le constructeur américain Ford a remporté l’appel d’offre lancé par le Ministère de la Défense. Mille pick-up Ford Ranger viendront apporter une touche de fraicheur au parc automobile de l’Armée française annoncé vieillissant

 

Si Christian Noyer (lien hypertexte) s’est montré généreux en conseils pour relancer la croissance de l’économie française, l’Armée Française quant à elle, lui a fait un joli pied de nez en se fournissant chez le constructeur américain Ford. D’autant plus que le marché automobile en France tire la langue. Le choix de renouveler le parc automobile n’est pas remis en cause. En effet, 4000 véhicules P4 de Peugeot sont en service depuis 1983 et seront remplacés au fur et à mesure. Mais compte-tenu de la situation que traverse son industrie automobile, qu’est-ce qui motive notre armée à snober le produit local ?

Un appel d’offre classique étant trop long, dix-huit mois en moyenne, c’est par l’UGAP (Union des groupements d’achats publics) que la commande a été effectuée, réduisant le délai de livraison à deux mois. Des explications avancées par le porte-parole de la Défense.

Citroën Berlingo et Dacia Duster ne font pas le poids

Deux marques de véhicules ont espéré décrocher le lot mais elles ont été jugées inaptes par l’Armée Française face au 4X4 américain. Il s’agit du Berlingo de Citroën et du Duster de Dacia.

Frêle, léger ? Des adjectifs que ne connaissent par les légendaires pick-up du constructeur américain Ford. En top des ventes en France devant Nissan ou Toyota, imité mais jamais égalé, Ford a encore de beaux jours. L’armée française n’a donc pas hésité une seconde au moment de passer commande. Le Ford Ranger 2015 peut transporter jusqu’à cinq hommes et pas moins d’une tonne de matériel sans oublier sa capacité de tractation, 3,5 tonnes.

Patriotisme économique, vrai ou faux problème ?

Malgré les éloges qui lui sont reconnues, le choix du Ministère de la Défense de faire confiance à une marque étrangère plutôt qu’à un constructeur local interpelle. Bien sûr l’argument avancé est un vieil adage. Que le meilleur gagne. Force est de constater que le business l’emporte sur le patriotisme économique. Pas de vrai tout-terrain produit en France. Peugeot, Renault et Citroën ont baissé les bras il y a longtemps. Le problème ne date pas d’hier, le P4 n’étant pas non plus un « pur » modèle made in France. Il ne s’agit ni plus ni moins d’un Mercedes classe G équipé d’un moteur diesel français.

 

Comment peut-il y avoir du patriotisme économique alors que depuis des années ce sont des étrangers qui équipent une part de notre armée. Pas de sentiments, pas de blagues ni de canulars : il y a un vrai souci de savoir-faire. La nouvelle 308 de Peugeot nous a pourtant démontré notre capacité à rivaliser avec le modèle Golf de Volkswagen. Avant de clamer haut et fort que notre Armée ne fait pas preuve de sentiment, soyons plus pertinent et posons-nous la bonne question. Voulons-nous d’une armée forte et bien équipée ? Evidemment oui, il faut donc que cette dernière ait les meilleurs outils à sa disposition. Du « Made in France » ? Soit, mais que l’ensemble des producteurs français s’allient pour proposer un modèle digne de ce nom et capable de rivaliser avec ce qui se fait de mieux à l’heure actuel.

Guillaume DISPAGNE

Nos confrères de 20 minutes ont réalisé un savant montage reprenant cette information