Le crédit à la consommation en recul en 2013, quels rôles jouent les différents acteurs?

Comparez Nos Offres De Credit
Gratuit Et Sans Engagement
  • credit projet

    Votre projet :

  • credit montant

    Montant du projet :

  • credit mensualité

    Durée du prêt :

    mois

Le crédit à la consommation éprouvait déjà des difficultés lors du 1er trimestre de cette année 2013, cette tendance semble se poursuivre pour ce 2ème trimestre 2013 selon les dernières données publiées par la Banque de France. Intéressons-nous donc à l’évolution des chiffres sur le crédit à la consommation sur la période Juin 2012 – Juin 2013 ainsi qu’à quelques éléments explicatifs.

Le crédit conso flanche en 2013

Les données mises en ligne par la Banque de France ce vendredi 20 Septembre 2013 sont peu encourageantes pour la bonne santé du crédit à la consommation. En voici les principaux chiffres sur la période Juin 2012 – Juin 2013:

  • encours de crédit à la consommation: – 1,8%
  • prêts amortissables aux particuliers: – 2,1%
  • crédits renouvelables: – 6,6%

Le crédit à la consommation est en recul sur ces 12 derniers mois et tout particulièrement le crédit renouvelable. Comment expliquer ce phénomène?

Le gouvernement, les établissements financiers ou les consommateurs: qui est responsable?

La baisse de régime du crédit à la consommation qui dure depuis maintenant plus d’un an a plusieurs facteurs explicatifs. A défaut de désigner un coupable exclusif, chacun des acteurs du marché du crédit semble jouer un rôle dans la réalisation de ce constat.

Les ménages français sont toujours frileux au niveau de la consommation dans un contexte économique de récession. La perspective de s’endetter sur plusieurs années sans même savoir comment va évoluer la situation économique en France, ou même en Europe, n’est pas des plus rassurantes. Cependant la perspective d’une sortie de crise semble se profiler avec des indicateurs qui faute d’être au vert semble passer du rouge à l’orange. Les consommateurs sont encore méfiants mais ils se dirigent de nouveau petit à petit vers la consommation de crédit.

Les établissements financiers quant à eux, banques et organismes de crédit, se montrent également craintifs. Les critères d’octroi sont devenus de plus en plus stricts tout au long de l’année 2013. La raison: des ménages qui s’endettaient pour combler leurs manques de liquidités ou rembourser d’autres emprunts. Une spirale négative qui a poussée les organismes prêteurs à sélectionner avec grande attention les dossiers  de demande de crédit. De même que les consommateurs, l’entrevue d’une reprise économique a conduit les maisons de crédit à assouplir leurs critères d’octroi depuis le mois de Juillet 2013.

Si les deux premiers se dirigent vers une un regain de consommation et de prêt pour le crédit à la consommation, le dernier acteur apparaît plus septique à son sujet: il s’agit du gouvernement. Ce dernier affiche clairement son envie de lutter contre le surendettement. D’accord, mais à quel prix? Tout d’abord une loi Lagarde mise en place par le précédent gouvernement et dont les effets ne sont pas encore forcément tous appliqués, cependant ceci n’a pas empêché, cette fois le gouvernement actuel, d’annoncer il y a quelques mois et de voter il y a peu une nouvelle loi touchant au crédit conso. Une loi Hamon un peu rapide donc, peut être même précipitée, qui prévoit de durcir les conditions d’obtention d’un crédit et tout particulièrement concernant le crédit renouvelable, ce dernier ayant déjà été entièrement réformé par la loi Lagarde. Une action qui se veut efficace contre le surendettement, ceci pourra être défini sur long terme, mais qui défavorise pour l’instant le moyen de financement mis à la disposition des ménages qu’est le crédit à la consommation.