Tour d’horizon du crédit en septembre 2013

Comparez Nos Offres De Credit
Gratuit Et Sans Engagement
  • credit projet

    Votre projet :

  • credit montant

    Montant du projet :

  • credit mensualité

    Durée du prêt :

    mois

La situation du crédit en France en septembre 2013

Point crédit conso, crédit immobilier et crédit aux entreprises en France en septembre 2013                   (Crédits photo: CSLBF)

Le secteur du crédit est un secteur en constante évolution. A la peine depuis plusieurs mois maintenant nous allons essayer de faire un point sur sa situation d’après les données de la Banque de France  publiées en début de semaine concernant le mois de septembre.

Le crédit à la consommation

Sans aucun doute la catégorie de crédit qui connait le plus de difficultés depuis 2012. Son activité ne cesse de baisser au fil des mois et bon nombre d’établissements de crédit connaissent des complications dans leur balance économique. En effet les encours de crédit de trésorerie sont en recul de 0,8% en septembre après un recul de 1,3% en août. La consommation des ménages français stagnent depuis août après une éclaircie en juin-juillet. Si un possible signe de reprise économique a incité les français à consommer de nouveau cet été la méfiance reste de mise. Les banques avaient pourtant constaté une évolution de la demande de crédit ces derniers mois mais la tendance depuis août semble s’inverser à nouveau. L’activité du crédit à la consommation ne connaîtra pas de nouvelles embellies tant que la confiance des ménages français ne sera pas revenue, de plus le récent vote de la loi Hamon ne tend pas à arranger les choses.

Cette loi risque d’entraîner un resserrement des critères d’octroi du crédit conso et de condamner le crédit renouvelable qui se voit à nouveau réformé après la loi Lagarde de 2011. Ainsi des restructurations sont à prévoir dans les établissements de crédit avec bon nombre de licenciements à la clé. Cependant les taux vont a priori demeurer les mêmes. On constate d’ailleurs un taux moyen des crédits à la consommation aux alentours de 5,83% en septembre contre 5,82% en août.

Le crédit immobilier

En ce qui concerne le crédit immobilier tout les acteurs du marché ont pu noter une évolution constante des taux depuis plusieurs mois. Les taux moyens des crédits immobiliers sont d’ailleurs de 3,14% en septembre contre 3,12% en août. Ces derniers variaient en dessous de la barre des 3% en début d’année. Ceci peut-il être synonyme d’une baisse de la demande de crédits à l’habitat? Certainement pas.

Si la tendance est à la hausse des crédits immobiliers depuis plusieurs mois, et que cette tendance va se maintenir jusqu’à la fin de l’année, le fait est que les taux demeurent extrêmement avantageux. Après avoir atteint des taux à un plus bas historique en dessous de la barre des 3% les taux remontent pour stagner autour des 3,15%. Des taux très faibles donc. Et les investisseurs immobiliers ne s’y trompent pas. Ainsi cette catégorie de crédit progresse de 3,2% en septembre, une progression dans la lignée des mois précédents.

Le crédit aux entreprises

Depuis quelques mois les entreprises françaises se plaignent d’un accès trop restreint au crédit. Les banques ont alors vite été pointées du doigt pour leur manque de confiance envers les entrepreneurs et un effort leur a été demandé pour prêter des fonds. Or le constat resta le même: les entreprises ne réalisent pas de crédit. Alors la faute à qui? Pas aux banques qui du coup avaient assouplies leurs conditions de prêts. La frilosité des entreprises françaises à investir a alors été mise en exergue. Le crédit aux entreprises est à la peine et ceci est le résultat d’un manque de demande flagrant de nos entrepreneurs.

Ce constat n’est pas un cas isolé en France et le crédit aux entreprises est à un niveau très faible dans l’ensemble de l’Europe. Face à ce constat accablant d’entreprises qui n’investissent pas la BCE a décidé de réagir, ces dernières constituant le coeur de l’économie européenne. L’organisme financier européen a alors mis en  place des taux de crédit très avantageux pour permettre aux entreprises des pays du vieux continent de s’endetter à nouveau pour investir. Un endettement à moindre coût pour aider les entreprises à se tourner vers l’avenir pour permettre d’huiler à nouveau l’engrenage économique de l’Europe. Et le bilan de cette action est positif, tout du moins pour la France, avec une hausse de l’encours du crédit aux entreprises de 0,4% en septembre.